Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2012 à propos de Gracias a la vida

Publié le par les amis des arts de givors

Bonjour et bonne année à tous !

Nous sommes particulièrement heureux de commencer cette année par une exposition qui s’appelle « Gracias a la vida » ; c’est tout un programme.

C’est Agnès Varda qui dit parait-il : « si on aime l’art c’est parce qu’on peut l’intégrer à la vie ; si on aime la vie c’est parce qu’il y a des artistes. » Alors, gracias a la vida y gracias aux artistes !

Aujourd’hui nous accueillons à Givors Elisabeth Braure qui est grenobloise, ce n’est pas le bout du monde, mais petit à petit nous tissons des liens avec Grenoble, d’abord Cécile Beaupère qui nous a fait connaître EB, et Vincent Gontier que nous avons exposé à Bans.

EB n’a pas toujours été artiste ; elle a travaillé dans le domaine de la formation puis s’est formé aux Beaux-Arts (Annecy, puis St Etienne) lorsque ses responsabilités de mère de famille ont été moins prenantes. Elle a beaucoup pratiqué les installations, souvent avec la collaboration des gens, beaucoup joué avec le noir et la lumière. Elle a voyagé et dessine de plus en plus.

Lorsque nous l’avons rencontrée avec Josiane, ce qui m’a beaucoup frappé, c’est l’intérêt qu’elle porte aux gens, même à ceux qu’elle ne connaît pas ; c’est un regard qui n’est pas idyllique ou embellificateur, mais un regard très positif qui rend compte de la densité de vie de chacun. EB pratique le dessin comme une nécessité mais aussi comme un moyen de rencontre et d’interaction avec les gens ; elle les dessine et leur renvoie une image personnelle qui induit un échange.

Le plus souvent ses expositions sont l’achèvement d’une résidence pendant laquelle elle a vécu avec un village bolivien, avec un quartier de l’agglomération grenobloise, avec une troupe de théâtre en répétition, avec des apprentis d’un lycée professionnel, avec un club de tango… Nous aimerions beaucoup que cette exposition à Givors soit l’amorce d’une résidence, au lycée Picasso, ou ailleurs et que les habitants de Givors puissent profiter du regard d’EB.

 

 

 

 

Commenter cet article